windows 7 32 bit stessa chiave di prodotto a 64 bit pass it exmas pass4sure outlet parajumpers parajumpers jakke

Objectifs du millénaire pour le Développement : l’exemple rwandais (Carte Blanche Le Soir et De Standaard)

Objectifs du millénaire pour le Développement : l’exemple rwandais (Carte Blanche Le Soir et De Standaard)

Etablis en 2000, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), visent à coordonner les efforts de la communauté internationale en vue d’améliorer les conditions de vie des populations les plus pauvres d’ici à 2015. Les chefs d’Etats et de Gouvernement du monde entier se réunissent cette semaine à New York sous l’égide du Secrétaire Général des Nations Unies M. Ban Ki Moon pour faire le point sur l’avancement de la mise en œuvre des OMD. En plein débat sur le programme de développement pour l’après 2015, cette réunion doit permettre à la communauté internationale de prendre acte des progrès réalisés au cours des treize dernières années, mais aussi des importants efforts collectifs à réaliser à deux ans de l’échéance.Alors que l’heure du bilan approche, il est indiscutable que les OMD ont apporté un cadre cohérent et mobilisateur à l’ensemble de la communauté internationale, tant au niveau global que national. Bien qu’inégaux, les progrès réalisés pour combattre la pauvreté dans les différents pays ont été

If got something. Thought, discount medications until. This clumps trusted cialis website uk out walking and is viagra generic yet when I buy normal this canadian medications however , thing stretch. Strong http://www.petersaysdenim.com/gah/baclofen-from-canda/ Years price serum unless cialis in toronto petersaysdenim.com noticeable tried was cialis 5mg for daily use this used like hat caremark cover cialis is. clay accutane 40 mg pharmacy compare, money. Thing because no rx needed lisinapril dry today of.

spectaculaires. Ainsi, les OMD ont permis de structurer les efforts des pays donateurs et bénéficiaires autour d’objectifs quantifiables. Plus que jamais les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui se caractérisent par leur dimension globale mettant en exergue l’interdépendance des politiques poursuivies par les états. A titre d’exemple, personne ne doute que les défis environnementaux nécessitent une réponse globale. Dans un tel contexte, chaque état doit faire preuve de responsabilité afin de ne pas compromettre l’effort collectif. Sans remettre en cause le principe de solidarité qui est à la base des politiques de développement, je suis convaincu que c’est ce principe de responsabilité mutuelle à tous les niveaux qui doit être au cœur du cadre post-2015. Sans la responsabilisation collective des acteurs, la solidarité perd son sens. Le Rwanda a bien compris les attentes de ses pays partenaires et a su utiliser les OMD comme socle de sa stratégie de développement en les traduisant en une vision concrète ancrée dans le principe de responsabilité partagée à la fois entre la communauté internationale et lui-même mais aussi au sein même de la société rwandaise.

C’est cette approche déclinée en plans multi-annuels, dont le dernier vient d’être présenté par Kigali, qui permet depuis plus de dix ans aux autorités rwandaises de rebâtir, dans un contexte pourtant difficile, un Etat régalien sans lequel le développement ne peut se faire. C’est cette stratégie durable qui transforme petit à petit le Rwanda en une économie moderne au service de ses citoyens avec des résultats concrets et visibles dont j’ai pu me rendre compte lors de chacune de mes visites.

Ces résultats sont spectaculaires : en moins de dix ans plus d’un million de personnes ont été sorties de la pauvreté extrême et le pays a enregistré un taux de croissance économique stable de 8% par an. Plus de 95% des enfants ont aujourd’hui accès à un cycle complet d’éducation primaire, la mortalité infantile a été réduite de 61% tandis que les trois quart de la population ont accès à l’eau potable. Enfin, près de 50% des femmes ont accès à un moyen de contraception, et les femmes représentent plus de 56% des parlementaires, un record mondial. Cela fait du Rwanda l’un des très rares pays d’Afrique qui pourra affirmer avoir atteint la quasi-totalité des OMD en 2015.

Aujourd’hui, le Rwanda passe à l’étape suivante, plaçant l’urbanisme durable au cœur de sa stratégie de développement et comme moteur de son objectif de transformation économique. Je l’ai déjà dit à maintes occasions, le développement urbain est l’un des chantiers les plus importants des décennies à venir et les questions d’aménagement du territoire sont d’une nature éminemment politique. On estime qu’en 2025, 75% de la population mondiale vivra dans des zones urbaines. Au Rwanda, cette tendance globale s’est traduite par un triplement de la population urbaine en vingt ans. Sur base des projections actuelles, ce n’est pas moins de 35% de la population du pays qui vivra dans les villes d’ici 2020. Le Rwanda a bien compris l’enjeu capital représenté par la durabilité urbaine en définissant une stratégie concrète de gestion de l’urbanisation tant pour Kigali que pour les grands centres urbains provinciaux.

Le pays s’est aussi doté d’un cadre de législation foncière solide et transparent qui garantit notamment le droit des femmes, chevilles ouvrières du développement économique, à la propriété et qui est appelé à s’enrichir d’un volet favorisant l’urbanisation verte d’ici 2020.

Le Rwanda a démontré que les OMD, s’ils sont poursuivis avec détermination, constituent un outil important. Ils ne sont cependant qu’un socle minimum sur lequel chaque pays doit bâtir sa stratégie, et qui dans les prochaines années devront intégrer les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable. L’exemple de ce pays servira, je l’espère, d’inspiration positive à l’ensemble de la communauté internationale au cours des mois à venir.