Déclaration de Louis Michel, envoyé spécial du Secrétaire général de la Francophonie, S.E.M. Abdou Diouf, sur la situation en RCA

Louis Michel envoyé spécial du Secrétaire Général de la Francophonie, S.E.M. Abdou Diouf: « j’ai été impressionné par la vision, la détermination et l’autorité naturelle du Chef de l’Etat de la Transition, Mme Catherine Samba-Panza ».
M. Louis Michel, envoyé spécial du Secrétaire général de la Francophonie, S.E.M. Abdou Diouf a conduit du 10 au 14 mars 2014 une mission politique et d’évaluation technique de l’OIF en RCA. Il a lancé un appel vibrant à la Communauté internationale pour qu’elle mette d’urgence les moyens financiers nécessaires au redémarrage de l’Etat centrafricain. Selon lui, « il serait impardonnable que la communauté internationale n’apporte pas son soutien aux autorités de la transition. Le Chef de l’Etat de la Transition, Madame Catherine Samba-Panza nous a impressionnés par sa vision ambitieuse et volontariste, par sa détermination et par sa grande autorité naturelle. Le défi qu’elle a à relever avec son gouvernement est immense Nous ne pouvons pas la priver des moyens dont elle a besoin pour relancer tout le processus de retour à l’ordre constitutionnel ».

Pour lui, « la tâche de ce gouvernement et des institutions de la transition est gigantesque : sécuriser le pays, réhabiliter les institutions nationales et locales, réouvrir les mairies, ramener les enfants et les élèves dans les classes, mettre en œuvre le calendrier et le processus électoral, recréer les conditions économiques, notamment l’économie réelle, organiser la réconciliation, anticiper et apaiser les risques de crise confessionnelle, combattre l’impunité, garantir la transparence de l’utilisation des moyens financiers, rebâtir un système de santé au service des populations, mettre en œuvre le retour des réfugiés et des déplacés, mobiliser les forces vives, et associer la société civile ».

L’envoyé spécial a aussi tenu à saluer « le remarquable travail réalisé par la mission Sangaris et par la MISCA qui collaborent de manière efficace ». Il a noté que « la sécurité à Bangui connaissait une accalmie significative, qu’il faut consolider en faisant monter les moyens progressivement en puissance de manière à pouvoir porter le plus rapidement possible la préoccupation sécuritaire sur le reste du pays ». Après s’être entretenu avec les dirigeants de la MISCA et de la mission Sangaris, il s’est dit convaincu de la « justesse de leur stratégie, même si nous savons parfaitement l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir pour que tout le pays soit totalement sécurisé ».

L’envoyé spécial s’est dit « admiratif du travail accompli par les partenaires multilatéraux et bilatéraux qui accompagnent efficacement le processus en cours ». Il a bénéficié d’un entretien très fructueux et d’un échange de vue fort instructif avec le général Babacar Gaye, Représentant spécial du Secrétaire général des NU, Chef de la BINUCA, ainsi qu’avec le Général Jean-Marie Mokoko, Représentant spécial de la Présidente de la Commission de l’UE, Chef de la MISCA.

A l’invitation du médiateur le Président Sassou Nguesso, Louis Michel s’était rendu au Congo Brazzaville et l’a rencontré la veille de son arrivée à Bangui, dans la perspective de cette mission. Il a également salué les efforts des autorités des pays de la sous région.

Il en a appelé aussi à tous les partis politiques, à la société civile et même à la presse « qui tout en respectant leur totale indépendance peuvent également aider à apaiser les tensions et à nourrir le sens sacré de l’intérêt général ». Selon lui, seul le dialogue respectueux, sans esprit de revanche peut redonner à ce pays de vraies perspectives de prospérité et de bien être pour la population » En même temps, a-t’il indiqué « les autorités ne peuvent ignorer les violations et crimes qui ont été commis ; la réconciliation impose également un devoir de vérité et de justice ». L’OIF qui s’est tenue depuis de longues années à la disposition de la RCA a remis aux autorités de la Transition un document qu’elle a élaboré et intitulé : « Stratégie d’accompagnement par l’OIF du processus de transition en RCA ».

La mission, composée d’experts de haut niveau, a rencontré successivement, outre la Chef de l’Etat de la Transition, Madame Catherine Samba-Panza :

  • M. Alexandre Nguendet, Président du CNT ;
  • M. Renner Onana, Division DH, BINUCA ;
  • M. bouah Mathieu Bile, chef DAE, BINUCA ;
  • Points focaux « Elections » (France, UE, UA : MISCA, PNUD et BINUCA) ;
  • M. Zacarie Ndouba, Président de la Cour constitutionnelle de transition (CCT) ;
  • M. Dieudonné Kombo-Yaya, président de l’Autorité nationale des élections (A.N.E.)
  • Le Général Babacar Gaye, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, Chef de la BINUCA ;
  • M. Toussaint Kongo-Doudou, Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Francophonie ;
  • La société civile ;
  • Le Général Jean-Marie Mokoko, Représentant spécial de la Présidente de la Commission de l’UA, Chef de la MISCA ;
  • Mme Catherine Samba-Panza, Chef de l’Etat de la Transition;
  • Le Général Leonardo Essongo, Représentant spécial du Médiateur ;
  • S.E.M. Charles Malinas, Ambassadeur de France ;
  • Le Général Soriano, Chef de la mission Sangaris ;
  • La coalition des partis politiques ;
  • L’Alliance des Forces démocratiques.