Destruction du Parc national des Virunga : Louis Michel exhorte les autorités congolaises à agir avant qu’il ne soit trop tard

Le Parlement européen a adopté le 17 décembre 2015 une résolution soulignant la nécessité absolue d’éviter des dommages irréversibles au Parc national des Virunga, inscrit par l’UNESCO au patrimoine mondial en 1979, et au patrimoine mondial en péril en 1994.

Suite à l’adoption de la résolution, Louis Michel (MR, Belgique), président de la délégation à l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, a déclaré :

« Je tiens à saluer le courage et la volonté sans faille du Directeur du Parc,  Emmanuel de Mérode, qui n’a de cesse de se battre pour attirer l’attention de la Communauté internationale sur cette région reculée,  loin des projecteurs et de la scène internationale. »

« Ces paysages magnifiques sont le théâtre de braconnage, d’exploitation forestière illicite, d’exploitation minière illégale, de corruption, de viols, de meurtres; c’est plus de cent cinquante gardes forestiers, de rangers qui ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions durant la dernière décennie; ce sont de nombreuses menaces de mort, d’intimidations, d’arrestations arbitraires contre tous ceux qui dénoncent l’impuissance de l’État, la convoitise des compagnies pétrolières. »

« J’appelle les autorités de RDC à mener des enquêtes sur les menaces et les violences à l’encontre des gardes, pour assurer que justice soit faite et pour empêcher tout dommage irréversible au Parc national des Virunga, en raison de l’exploration et l’exploitation du pétrole ou d’autres activités illégales. »

« Lorsque SOCO International cessera d’exploiter le parc national des Virunga, je prie instamment les autorités de la RDC de ne plus accorder de licence à une autre compagnie pétrolière« , a clonclu Louis Michel.

 

Virunga-Logo-Web-eng